Palmarès du 12e FIFDH Paris

 

De nombreux documentaires étaient encore programmés cette année en avant-première française dans le cadre du 12e Festival International du Film des Droits de l'Homme de Paris. Le palmarès de cette 12e édition reflète parfaitement la variété des thématiques abordées, tout autant que la richesse des langages cinématographiques présents dans la programmation.

 

JURY DE LA COMPÉTITION OFFICIELLE

Composé des documentariste Régis Sauder et Manuela Frésil, d’Irène Omélianenko, conseillère de programmes au documentaire et à la création sonore de France Culture et de Jean-Louis Berdot, universitaire et réalisateur de documentaires. Ce jury a décerné trois récompenses : deux Grands Prix et un Prix spécial du jury.

 

 

Grand Prix remis par Régis Sauder et Jean-Louis Berdot
RETURN TO HOMS, réalisé par Talal Derki

 

« C’est un film qui m’a pris aux tripes, au cœur et au cerveau, a témoigné le juré Jean-Louis Berdot. Il a une force lyrique assez extraordinaire. »

 

 

 

 

Grand Prix remis par Irène Omélianenko et Manuela Frésil
MASTER OF THE UNIVERSE, réalisé par Marc Bauder

 

« Le sujet du film, c’est le dieu argent, le profit aveugle. Le personnage principal, un marionnettiste, joue à faire de l’argent dans son building qui ressemble à un gros Lego. Le réalisateur a été courageux de montrer cet univers. Il est toujours beaucoup plus facile de filmer la misère. », a estimé Irène Omélianenko.

 

 

 

 

Prix spécial du jury
LIFE IN PARADISE, réalisé par Roman Vital

 

 

 

 

 

 

JURY UNHCR

 

Pour la première fois, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) s'est associé au Festival pour constituer un jury qui a décerné un Prix - doté de 1000 € - au meilleur documentaire traitant des questions liées aux réfugiés. Le jury UNHCR était constitué de Caroline Brothers, journaliste ; Philippe Leclerc, représentant du HCR Paris ; et Jonathan Millet, documentariste.

 

 

Prix UNHCR
LIFE IN PARADISE, réalisé par Roman Vital

 

« La mise en scène de Life in Paradise est extrêmement réfléchie, précise, apte à transmettre des émotions », a estimé Jonathan Millet.

 

 

 

 

JURY LYCÉENS ET APPRENTIS

Pour la quatrième année, en collaboration avec l’association des Cinémas Indépendants Parisiens, le festival continue son travail auprès du jeune public avec le prix « Lycéens et apprentis de Paris pour les Droits de l’Homme ». Le jury était présidé par Manon Ott, documentariste, et constitué de cinq lycéens et apprentis parisiens, tous participants au dispositif national Lycéens et apprentis au cinéma : Eliot Laird, Alice Leveille, Mathias Jobert, Judith Policar et Justine Sebbag.

 

 

 

 

Prix « Lycéens et apprentis de Paris pour les Droits de l’Homme »
RETURN TO HOMS, réalisé par Talal Derki

 

 

 

 

 

 

 

 

Mention spéciale
A WORLD NOT OURS, réalisé par Mahdi Fleifel

 

 

 

 

 

 

JURY DE LA MAISON D'ARRÊT DE FLEURY-MÉROGIS

Pour la deuxième année consécutive, un jury composé de personnes détenues (hommes et femmes) et de personnel pénitentiaire a été formé au sein de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. En partenariat avec la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris et le Service pénitentiaire d’insertion et probation de l’Essonne, le FIFDH de Paris a proposé dix projections de films issus de sa programmation, ouvertes aux personnes détenues de l’établissement et suivies de discussions avec des réalisateurs ou des intervenants. Presque tous les jurés étaient présents lors de la cérémonie de clôture du Festival pour remettre leur prix. Le jury était composé de Nathalie, Daniel, Chris, Frank, Christelle, Kardiatou, Nsimba, Moussa, Karine, Steve et David.

 

 

 

Prix de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis
TACACHO, réalisé par Felipe Monroy

 

« Ce trophée a plus de valeur pour moi que n’importe quel tableau de Picasso », a déclaré Felipe Monroy.

 

 

 

 

 

Mention spéciale
AU BORD DU MONDE, réalisé par Claus Drexel

 

Claus Drexel a exprimé sa grande émotion à tous les juré(e)s : « Vous rencontrer à Fleury a été inoubliable. Votre empathie lors des débats qui ont suivi les projections m’a bouleversé. »